Tag Archives: Marc Mirindi

Quelques nouvelles de l’année 2016 écoulée.

dieudonne-kabongo-2015-b2Dieudonné Kabongo, Coordinateur Adjoint du Comité Directeur de la CCFL, est retourné définitivement chez lui à Durban en Afrique du Sud le 1er Décembre 2016. Quelques membres de la communauté lui ont souhaité bon voyage à l’aéroport. La CCFL le remercie pour tous les services qu’il a rendus à la communauté et lui souhaite bon succès dans les années à venir.

Deux décès importants ont touché la CCFL en 2016 avec le départ du Père Jean-René Talabo survenue au mois d’août 2016 à la suite d’un virulent cancer. Aussi, le mort tragique de VICENT BAGIRISHEMA, d’origine burundaise, réfugié au Rwanda puis en Zambie qui a été attaqué par des bandits et a succombé à ses blessures à l’hôpital universitaire de Lusaka le 25 décembre 2016. Les funérailles ont eu lieu le mercredi 28 décembre à la paroisse de Marie Immaculée. Il laisse une épouse et deux enfants. Il a été enterré au cimetière du Parc Mémorial.

Aussi, à souligner, le décès du papa du père Serge St-Arneault, M.Afr survenue le 5 juillet 2016 au Canada et le mariage entre Marc Mirindi et Sarah Tembo le 28 octobre 2016.

Mariage entre Sarah Tembo et Marc Mirindi.

mariage-of-marc-and-sarah-oct-28-2016-02Marc Mirindi et Sarah Tembo se sont mariés hier matin à l’église Saint-Ignace à Lusaka. Marc est d’origine congolaise et Sarah est Zambienne de la région de Chipata, dans l’est du pays. C’est le père Jésuite Nicolas qui a béni ce mariage. J’étais également présent avec certains membres de la communauté catholique francophone de Lusaka (CCFL) dont la chorale.

Plusieurs membres de la famille de Marc étaient présents. En premier lieu ses parents; Mr & Mrs Alexandre Mirindi. Ce dernier était ambassadeur de la RDCongo, à l’époque le Zaïre, à Ottawa vers le milieu des années 80. C’est avec ce dernier que j’ai eu le plus long entretien. Maintenant à la retraite, il a été dans le milieu diplomatique pendant de nombreuses années. Il est originaire de Bukavu, au Kivu, où j’ai débuté mon expérience missionnaire en 1981. C’est là où j’ai appris le kiswahili. J’en garde un bon souvenir.

─ « Que pensez-vous des années du régime de Mobutu Sese Seco? » lui ai-je demandé.

Mr Mirindi est bien placé pour en parler puisqu’il a travaillé sous ce régime politique. De notre conversation, je retiens que ce fut une tragique expérience politique et sociale. Son origine remonte à l’époque coloniale ou, contrairement aux autres pouvoirs coloniaux tels que la France ou l’Angleterre, la Belgique n’avait pas formé une classe d’intellectuels et d’hommes politiques pour assumer le rôle de leadership au début de l’indépendance du pays en 1960. Il n’y avait personne de la stature de Léopold Sédar Senghor du Sénégal et de Félix Houphouët-Goigny de la Côte d’Ivoire qui ont été membre du gouvernement français comme ministres. Que dire aussi de Kwame Nkrumah du Ghana, de Jomo Kenyatta du Kenya, Kenneth Kaunda de la Zambie ou encore de Julius Nyerere de la Tanzanie. Sans minimiser les échecs vécus par ces pays, du moins il y avait une certaine conscience politique dans le sens moderne de ce nom.

La suite est de la responsabilité du Mobutisme. Sa politique de zaïrianisation, c’est-à-dire la nationalisation des entreprises, s’est avérée un échec lamentable avec la quasi-destruction des structures économiques héritées du colonialisme. Une fois la confiance perdue, les investisseurs se sont évaporés.

L’impasse et l’instabilité politique d’aujourd’hui sont tributaires d’une série d’erreurs qui obligent des millions de Congolais à vivre pauvrement, voire misérablement.

─ « Le peuple en a assez des politiciens corrompus » de dire Mr Mirindi. « Le jour n’est pas loin ou la dignité du peuple renaîtra en exigeant justice et le droit d’avoir des dirigeants qui ont à cœur le bien-être de la population plutôt que de subir une clique dirigeante qui se préoccupe seulement d’elle-même. »

Au moment du mariage à l’église, le père Nicolas a demandé aux parents de Marc de lui dire qui est Sarah Tembo. Mme Mirindi s’est exclamée en français : « C’est ma fille! »

Voilà qui est bien dit. Marc et Shara ont uni leur famille respective. Il n’y a plus de Congolais ou de Zambien, de francophone ou d’anglophone, il n’y a qu’une famille unie dans la joie de célébrer la naissance d’un couple amoureux.

Mr & Mrs Navyson D. Tembo, parents de Sarah, étaient heureux de dire que leur fille avait ajouté un troisième nom, celui de Mirindi. Marc est aussi devenu leur fils.

Les témoins de Marc étaient Mr Pierre Kilongwe Sadiki et &  Mme Ester Ndaya Sadiki, membre de la CCFL. Ceux de Sarah Tembo étaient ses propres parents.

This slideshow requires JavaScript.